Groupe atlantique de plongée

Groupe atlantique de plongée
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Gare aux méduses et compagnie...

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Administrateur


Nombre de messages : 271
Niveau de plongée : N2
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: Gare aux méduses et compagnie...   Mar 30 Jan - 14:41



Un parapluie gluant qui, lorsqu’il vous pique, entraîne une sensation de brûlure. Le pire, vous ne le verrez pas venir puisqu’il est transparent. Ce «parapluie» est, en fait, une méduse. Sans compter les autres créatures venimeuses qui vivent dans l’eau alors que, durant l’été, une petite baignade en mer est toujours de mise. De quoi vous faire penser à deux fois avant de vous y rendre !

Mais rassurez-vous, toutes les méduses ne sont pas dangereuses. «Pour espérer les voir, il faut que l’eau soit très claire ou que la marée soit basse», explique un responsable du centre de plongée d’un hôtel du Nord de l’île, qui est aussi moniteur de plongée. « Certaines méduses sont inoffensives. Il y en a d’autres qui ont des filaments bleus ou des filaments rouges. A Maurice, on les appelle fil bleu et fil rouge. Ces deux espèces sont méchantes. Mais, à Maurice, les piqûres ne tuent pas. Par contre, en Australie, les méduses sont plus grandes, plus venimeuses et leurs piqûres peuvent entraîner la mort », ajoute le moniteur.

Mais que se passe-t-il lorsqu’une méduse nous pique ? « La réaction dépend de la personne, de son âge et de la quantité de venin injecté. Il faut aussi savoir si la personne est déjà allergique », précise le Dr Prithviraj Ramputty, spécialiste en médecine interne.

Dans la majorité des cas, les piqûres se traduisent par une vive douleur à l’endroit touché, accompagnée d’une sensation de brûlure qui s’étend autour de la lésion. Elle peut durer quelques heures.

Contrairement à la pensée générale, les méduses ne sont pas présentes seulement en été. Leur présence, tout au long de l’année, est sujette au vent plus qu’à autre chose. «Les méduses vivent dans la barrière de corail. Quand le vent souffle du nord, cela crée des vagues sur la barrière corallienne qui poussent les méduses vers le lagon. Quand ce vent arrive, il y a 80 % de chances que les méduses viennent avec», déclare le moniteur.

Où en trouve-t-on ? «Elles sont présentes sur toute la côte. Les lagons du sud sont un peu épargnés, grâce au vent du sud qui freine les méduses dans leur accès vers le lagon.»

Mais attention, si les piqûres de méduses ne portent pas à conséquence, d’autres créatures dangereuses rôdent dans nos lagons : poisson-pierre, dit laffe la boue, rascasse volante, aussi connu comme le poisson-scorpion ou encore l’oursin...

Au hit-parade des plus dangereuses créatures, notre moniteur de plongée place sans hésiter le poisson-pierre en première place. Expert en camouflage et doté d’épines dorsales empoisonnées, il est extrêmement dangereux pour l’homme. Baigneurs et pêcheurs peuvent facilement le piétiner vu qu’il est enfoui dans le sable, surtout dans les zones rocheuses. Le poisson-pierre provoque une douleur intense qui remonte vers tout le membre touché. On n’en meurt pas, sauf dans des cas exceptionnels. A Maurice, les pêcheurs le soignent grâce à l’extrémité d’une cigarette allumée, maintenue à une légère distance de la piqûre.

Autre ennemie : la rascasse volante. Elle est plus difficile à rencontrer par les baigneurs car pendant le jour, elle demeure dans une grotte ou à l’ombre d’un corail. «C’est sans doute le plus dangereux après le poisson-pierre avec les longues épines venimeuses de sa nageoire dorsale.» Sa piqûre provoque des maux de tête, de la fièvre, des nausées, une détresse respiratoire et des problèmes cardiaques qui peuvent entraîner la mort, faute de soins.

Petit conseil : pour éviter tous ces maux, mieux vaut porter des sandalettes en plastique sur la plage. Et s’il vous arrive de voir une méduse échouée sur la plage – elle ressemble à un sac en plastique – n’y touchez pas car le contact avec ses filaments peut être douloureux. Un baigneur averti…

Premiers secours

Sortez de l’eau le plus vite possible, car avec la douleur et la panique, vous risquez de vous noyer. Nettoyez la plaie à l’eau de mer et mettez du sable sur la plaie pour enlever le reste des sécrétions de la méduse. Désinfectez la plaie avec un antiseptique (alcool ou vinaigre). ou de l’urine qui neutralisera les venins. Appliquez une pommade contre les inflammations. Vous pouvez également chercher de l’aide auprès de la garde côte nationale qui vous conduira à l’hôpital. Si a douleur persiste, consultez un médecin. Evitez surtout de frotter, couvrir la plaie ou de la sucer pour aspirer le venin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Gare aux méduses et compagnie...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Groupe atlantique de plongée  :: ARCHIVES :: Le bar du GAP-
Sauter vers: