Groupe atlantique de plongée

Groupe atlantique de plongée
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 De nouvelles espèces abyssales découvertes à la Réunion

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Administrateur


Nombre de messages : 271
Niveau de plongée : N2
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: De nouvelles espèces abyssales découvertes à la Réunion   Mar 3 Juil - 12:50

Lors de la dernière éruption volcanique dont les coulées se sont déversées en mer sur la côte sud-est, l’Aquarium de la Réunion, l’ARVAM (association pour la recherche et la valorisation marines) et un autre chercheur, Alain Barrère de la Maison du vocan, ont récupéré des poissons remontés en surface suite à une augmentation de la température et de l’acidité de l’eau.

Plus de 300 poissons appartenant à une centaine d’espèces différentes ont été repêchés par l’équipe composée par Alain Barrère (Maison du volcan), Jean-Pascal Quod (Arvam), Jean-Michel Bou, Patrick Durville et Thierry Mulochau (Aquarium de la Réunion). C’est la même équipe qui avait exploré, en août 2004, la coulée active sous-marine de pillow-lavas du Piton de la Fournaise.

Certaines de ces espèces évoluent entre 60 et probablement plus de 500 m !

Les ichtyologues locaux sont plutôt spécialistes des poissons récifaux ou des poissons commerciaux. C’est pourquoi, ils ont pu identifier pour l’instant, peu d’espèces. Toutefois, le travail commencé ces derniers jours a déjà permis d’identifier une trentaine d’espèces jamais recensées dans les eaux réunionnaises, auxquelles pourraient s’ajouter une dizaine d’autres tout simplement uniques au monde.Les poissons ont été d’abord congelés puis fixés dans du formol puis installés dans des bocaux d’alcool à 70° Cette étude va s’appuyer sur la collaboration de laboratoires étrangers afin de préciser l’identification de ces spécimens.



Le travail est coordonné par le Muséum d’Histoire Naturelle. Celui-ci a sollicité l’expertise de M. Jean-Claude Quéro, Ichtyologue retraité de l’IFREMER pour travailler sur ces collections. Fort de 34 ans d’expérience, ce spécialiste de l’identification des poissons avait participé en 1982 à la campagne océanographique du Marion-Dufresne autour de l’île de la Réunion.

Le phénomène n’a pas encore de réelles explications. Deux hypothèses sont avancées : celle de l’existence d’une sortie de lave en profondeur et celle, plus probable, de couloirs d’effondrement des matériaux volcaniques qui dévalent depuis la surface le long de la pente sous-marine. Ces effondrements peuvent être d’ailleurs provoqués par les séismes ou par la poussée des coulées en surface. Cette dernière hypothèse semble la plus vraisemblable, compte tenu de la configuration du secteur. Les poissons benthiques (qui vivent sur les grands fonds) seraient affectés du point de vue physiologique (respiration, osmorégulation…) au point d’en mourir soit par empoisonnement dû aux composés toxiques (acides, minéraux, soufre…), soit par asphyxie

Les scientifiques pensent également que la remontée des poissons profonds est sans doute liée à l’apport de matériaux chauds à de grandes profondeurs créant ainsi une colonne d’eau ascendante qui a aspiré les animaux.

Pour l’instant, les scientifiques ne possèdent aucune piste pouvant être considérée comme sûre, mais voici ce qu’ils constatent : “certaines de ces espèces évoluent entre 60 et 80 m, d’autres entre 200 et 300 m, d’autres encore jusqu’à certainement plus de 500 m.”.

“Nous sommes en présence d’une dizaine d’espèces communes déjà répertoriées comme le poisson écureuil. Les autres n’ont jamais été observées dans nos flots”, souligne Thierry Mulochau, biologiste de l’Aquarium dans un communiqué de presse.
L’inventaire de la diversité biologique locale va donc faire un bond en avant puisque c’est même une nouvelle famille qui a été observée ici, celle des Peristediidae.
Les principales caractéristiques de ces poissons issus des profondeurs sont des yeux démesurés, des organes bioluminescents (transparents) et une bouche énorme aux dents aiguisées, capable de saisir toute pitance alentours.
Les espèces ont développé ces particularités en raison de la faible lumière présente dans les profondeurs, et des conditions de vie extrêmes qui s’y trouvent. On appelle cette zone, située entre 200 et 1000 m de profondeur, la “zone crépusculaire”(ou oligophotique).
La plupart des espèces cette zone remontées en surface sont pélagiques (vivent en pleine eau). Elles effectuent des migrations nycthémérales: remontent en surface la nuit pour se nourrir. Il est fort possible qu’elle s aient été touchées lors de cette migration. En revanche d’autres espèces vivent sur le fond (espèces démersales).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
De nouvelles espèces abyssales découvertes à la Réunion
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ZOOLOGIE - De nouvelles espèces étonnantes découvertes au Surinam
» ZOOLOGIE - Découverte de 85 nouvelles espèces de coléoptères, véritables joyaux d’esthétisme
» Canards - nouvelles espèces
» Espèces en voie de disparition
» Makkah .. nouvelles scientifiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Groupe atlantique de plongée  :: ARCHIVES :: Le bar du GAP-
Sauter vers: